Revue de presse Lucey Février / Mars 2019

Revue de presse Lucey Février / Mars 2019

 L’Est Républicain, Mercredi le 13 Mars 2019

Chantier de printemps aux Roises avec les baliseurs

Les bénévoles s’affairent au nettoyage du site. Un site unique, rappel d’un passé ancestral, témoin de la vie des gens d’un village des Côtes de Toul.

Les baliseurs de la Linotte se sont joints aux bénévoles.

Depuis que l’association de la Maison Lorraine de Polyculture a ajouté à sa tâche environnementale l’entretien du jardin d’eau des Roises, tous les ans à même époque des équipes de bénévoles s’affairent au nettoyage du site.

Un site unique, rappel d’un passé ancestral, témoin de la vie des gens d’un village de nos côtes de Toul, il y a des décennies.

Un site dont les trous d’eau entretenus posent questionnement aux groupes de visiteurs qui s’y promènent et auxquels les réponses sont apportées par un cheminement de panneaux aux textes explicatifs récemment remis en état par l’association, le temps, le vandalisme ayant fait leurs œuvres.

Appel au civismeCette installation demande un entretien régulier. Il est donc fait appel au civisme de chacun. Pelles, râteaux, scies, cisailles en guise d’outils, les bénévoles se sont retrouvés à pied d’œuvre mercredi matin. Outre les membres de l’association, se sont joints à eux les baliseurs des sentiers de la Linotte qui sont hébergés à la Maison Lorraine ainsi que Johan, l’employé municipal avec son tracteur et sa remorque pour transporter toutes les matières indésirables récupérées.

On a mis à profit la présence des baliseurs et de leurs cisailles pour élaguer les arbres fruitiers sis sur le terre-plein des Roises.

Prochain chantier pour les membres de l’association, mardi 19 mars, nettoyage de printemps de la Maison Lorraine. Un couarail est programmé samedi 23 mars.

________________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Lundi le 11 Mars 2019

Le carnaval du périscolaire

De la joie, du bonheur et des déguisements.

Se déguiser, déambuler bruyamment dans les rues du village pour attirer l’attention et se faire admirer dans sa tenue carnavalesque, un jeu pour les enfants qui fréquentent les mercredis récréatifs de Lucey et de Bruley. Fort heureusement, mercredi après midi il ne pleuvait pas au moment de leur prestation. Rappelons que ce rendez-vous des enfants du mercredi se fait dans la continuité de l’accueil périscolaire pour permettre aux parents de se rendre à leur travail en toute quiétude. A noter également que cela a permis un rapprochement entre deux villages, les enfants se rendant alternativement à Lucey ou à Bruley selon les animations programmées.

Les rues de Lucey s’animeront à nouveau le samedi 23 mars. La MJC organise son traditionnel défilé de carnaval en remontant la Grande Rue, il se terminera salle Jeanne d’Arc.

_______________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Jeudi le 07 Mars 2019 

Le Pressoir a des envies d’ailleurs

Le célèbre restaurant de Lucey est à vendre : aux manettes du lieu et de l’affaire depuis 12 ans, Séverine et Vincent Silvestre aimeraient traverser l’Atlantique. Et s’installer au Canada.

Séverine et Vincent Silvestre ont construit une solide réputation à leur établissement, d’une cinquantaine de couverts à l’intérieur et d’une trentaine en terrasse. Mais ils rêvent d’une nouvelle aventure. ( Photo S.C. )

Ils sont loin d’avoir bouclé leurs valises, et « la passion pour notre métier et nos clients est toujours là », mais quand même : Séverine et Vincent Silvestre ont, depuis quelques mois, l’esprit un peu ailleurs. À savoir à quelques milliers de kilomètres de Lucey, du côté de Québec. Une ville qu’ils imaginent bien en point de chute.

« On y est allés en vacances en février dernier, on y retourne en août, et ça nous fait très envie », résume le couple qui tient, depuis une douzaine d’années, la réputée et raffinée Auberge du Pressoir. Un resto qu’ils chérissent forcément, qui se porte bien, mais dont ils ont fait le tour. « On a investi, rénové, on en a fait évoluer la cuisine, on a exploité le potentiel ; maintenant on a l’impression de stagner et on a envie d’autre chose, de tenter l’aventure à l’étranger. Si on ne le fait pas à nos âges (N.D.L.R. : elle a 43 ans, lui 35 ans), on ne le fera jamais », glisse Séverine.

En ayant averti leurs employés (deux en cuisine, deux en salle), elle et son mari ont donc mis l’affaire en vente, dans deux agences spécialisées qui l’ont estimée (avec l’appartement situé au-dessus) à quelque 600.000€. « Évidemment, pas question de partir tant qu’on n’a pas vendu. »

Dans l’attente de trouver un repreneur, le couple a engagé les démarches inhérentes à son projet d’expatriation (diplômes, bilans comptables et documents divers à fournir pour obtenir un visa), mais s’il traverse l’Atlantique, le virage sera marqué. « Les nouveaux arrivants ne peuvent pas ouvrir une affaire, on devra d’abord être salariés » note encore Séverine. « Mais tant mieux, ce serait l’occasion de bien comprendre le pays, son fonctionnement, ses habitants. Puis on réfléchira au type de cuisine que l’on pourrait proposer. » Autre culture, autres habitudes culinaires : il faudrait s’adapter, mais le couple en rêve.

« Le froid ne me fait pas peur, et j’aime bien l’état d’esprit des Canadiens », sourit Vincent. « J’ai l’impression que là-bas, on a plus de liberté sur le plan professionnel. »

Impression à vérifier sur place, donc, sous réserve que le Pressoir se trouve un nouveau patron.

S.C.

____________________________________________________________

L’Est Républicain, Jeudi le 07 Mars 2019 

Le ras-le-bol des baliseurs de la Linotte

Laurent Guyot, maire de Dommartin et le présidente, Jean-Paul Rosaire déplorent l’état des chemins de randonnées.

L’assemblée générale de l’association intercommunale des Sentiers de la Linotte s’est tenu récemment salle Dom’Inno. Elle a été l’occasion pour le président, Jean Paul Rosaire, d’exprimer le ras-le-bol concernant deux constatations : la dégradation continuelle de chemins de randonnées et de plus en plus de dépôts sauvages dus à des particuliers ou à des entreprises.

Ras-le-bol relayé par Laurent Guyot, maire de Dommartin-lès-Toul qui actuellement essaye de retrouver un débardeur qui a dégradé des chemins sur sa commune, sans veiller à les remettre en l’état.

Cet état de fait n’est pas particulier à Dommartin-lès-Toul, il suffit de parcourir le GR 703 dit chemin de Jeanne-d’Arc pour en mesurer les conséquences. Lorsqu’il a été créé par les baliseurs de la Linotte, sur commande de la fédération de randonnées, il était en parfait état. Selon l’association, c’est aux communes concernées de réagir. Elles en ont la possibilité.

Les engins employés pour débarder n’ont plus rien de commun avec les sabots de chevaux. Leurs traces sont larges et profondes surtout en terrain humide. Des randonneurs en sont les témoins. L’association rappelle ainsi qu’exploiter une coupe ne signifie nullement laisser derrière soi des chemins défoncés.

240 km de chemins à entretenirAu-delà de ce ras-le-bol figurant dans le rapport moral du président, l’association se porte bien. Malgré l’âge gagnant, les baliseurs sont à pied d’œuvre tous les mercredis pour entretenir 240 km de chemins balisés.

Bilan positifDu côté des activités, un millésime 2018 dignement fêté, les 30 ans de l’association née à Lucey dans la Maison lorraine de polyculture. Un bilan financier positif, un bureau reconduit dans sa totalité.

Les projets à venirLe premier projet est la réalisation d’un chemin balisé à Domèvre. Le second concerne la création d’un futur circuit à Bouvron, en collaboration avec la municipalité. Et enfin la marche du printemps se déroule le 24 mars à Choloy-Ménillot.

________________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Samedi le 02 Mars 2019 

Les instructions de demandes de permis de construire centralisées

Depuis le 1er janvier, l’instruction d’autorisations d’urbanisme de trente-cinq communes des Terres Touloises s’effectue conjointement avec les services de la Ville de Toul. La convention a été officiellement signée ce vendredi.

Elisabeth Thirion, chef du service, fait signer la convention à trois maires. ( Photo T.R. )

Au 1er juillet 2015, l’État s’est désengagé à l’instruction des demandes d’urbanisme, dont les permis de construire. Les collectivités locales se sont alors « unies » pour gérer ces dossiers. Depuis hier, 35 nouvelles communes des Terres Touloises ont rejoint le service mutualisé basé à la mairie de Toul.

Comment les habitants de ces 35 communes doivent s’y prendre ?Rien ne change. Ils doivent toujours déposer leur dossier en mairie de la commune où ils demandent une autorisation d’urbanisme.

Quels changements concrètement ?Ce sont les services de chaque commune qui envoient les dossiers à la municipalité de Toul, où trois employées en ont la charge. Il s’agit d’Élisabeth Thirion, directrice du service, mais aussi Laure Legrand, et Nathalie Godier, « recrue » du service en provenance d’Écrouves. Après instruction d’un dossier, les trois spécialistes contactent en retour la municipalité en question qui contactent à son tour les dépositaires.

Quelles sont les 35 nouvelles communes concernées ?

Choloy-Ménillot, Foug, Trondes et Jaillon délèguent l’ensemble des ADS au service mutualisé. Andilly, Avrainville, Bicqueley, Boucq, Bruley, Domgermain, Écrouves, Lagney, Lay-Saint-Rémy, Lucey, Minorville, Noviant-aux-Prés, Pierre-la-Treiche, Royaumeix, Sanzey, Tremblecourt, Bois-de-Haye délèguent l’ensemble sauf les certificats d’urbanisme. Enfin, Aingeray, Chaudeney, Charmes-la-Côte, Domèvre-en-Haye, Dommartin-lès-Toul, Fontenoy-sur-Moselle, Francheville, Gye, Manoncourt-en-Woëvre, Ménil-la-Tour, Manonville, Pagney-derrière-Barine, Villey-le-Sec, Villey-Saint-Étienne, sauf pour les certificats d’urbanisme et déclaration préalable de travaux.

T.R.

________________________________________________________________________________

 L’Est Républicain, Vendredi le 01 Mars 2019 

Les baliseurs de la Linotte tracent le bilan

L’association intercommunale

L’association œuvre depuis 30 ans pour l’entretien.

Ce samedi 2 mars à 17 h, l’association intercommunale des sentiers de la Linotte tiendra son assemblée générale annuelle salle Dom’Inno à Dommartin-lès-Toul (ancien parking Leclerc). Les délégués des 14 communes affiliées à l’association ainsi que les maires sont invités à y assister.

Cette association basée à Lucey, œuvre depuis plus de 30 ans pour le développement et l’entretien de chemins de randonnées sur les côtes de Toul.

Un groupe d’une dizaine de baliseurs en est le bras actif, on peut également le qualifier de sentinelle de la nature en cette période où l’on constate une recrudescence de dépôts sauvages en bordure des chemins et en sous-bois !

Sont également conviées les associations parties prenantes de l’espace rurale ainsi que les organismes impliqués dans son développement harmonieux.

La marche d’automne 2018 des baliseurs avait eu pour cadre Dommartin-lès-Toul au départ de la salle Dom’Inno.

_______________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Jeudi le 28 Février 2019 

27 médailles au concours général agricole

Les producteurs du département se sont brillamment distingués cette année à l’occasion du concours général agricole des produits.

Prix d’Excellence en AOC Côtes de Toul : domaine Vincent Laroppe, de Bruley avec 10 médailles.

AOC Côtes de Toul, rouge. Médaille d’or Vincent Laroppe, Bruley, millésime 2018 ; médaille d’argent EARL Domaine Migot, millésime 2018 ; médaille d’or Vincent Laroppe, Bruley, millésime 2017.

AOC Côtes de Toul, gris. Médaille d’or Lelievre V-D SARL, Lucey, millésime 2018 ; médaille d’or Vincent Laroppe, Bruley millésime 2018 ; médaille d’argent Domaine Régina, Bruley millésime 2018 ; médaille d’argentVincent Laroppe, Bruley, millésime 2018.

AOC Côtes de Toul, blanc. 2 médailles d’or Vincent Laroppe, Bruley, millésime 2018 ; médaille d’argent les Vignerons Du Toulois, Mont-le-Vignoble, millésime 2018.

Bières. Bière blonde de haute fermentation, médaille de Bronze : La fabrique des Grô, Maxéville. Bière blonde de basse fermentation, médaille d’argent : La fabrique des Grô, Maxéville.

Eaux de vie. Eau-de-vie de mirabelle de Lorraine AOC. Médaille d’or : maison de la Mirabelle SARL, Rozelieures.

Whisky. Whisky single malt français, 3 médailles d’or, Maison de la Mirabelle SARL, Rozelieures. 2 médailles d’argent, Maison de la Mirabelle SARL, Rozelieures.

Fromages. Munster ou munster géromé laitier AOP. Médaille de bronze : les fromageries de Blamont, Herbéviller. Autre fromage au lait de vache à pâte pressée non cuite, tommette fermière bio aux fleurs : Médaille de bronze GAEC des Brimbelles, Migneville.

Liqueur aux plantes. Médaille d’or liqueur de génépi, Cambusier, Nancy.

Liqueur de fruits, médaille d’or : liqueur de fraises de Plougastel, Cambusier, Nancy. Médaille d’or : liqueur de pommes, Cambusier, Nancy. Médaille d’argent : Liqueur de Genièvre, Cambusier, Nancy. Médaille de bronze : Liqueur de Prunelle, Cambusier, Nancy.

Miel de cru. Médaille d’argent, miel d’acacia : Houpert Jacques, Faulx. Médaille d’argent, miel de sapin : Houpert Jacques, Faulx.

_______________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Mercredi le 27 Février 2019 

Retour dans les bois

Le Santé Lucey Cyclo (SLC) se met en ordre de bataille pour la prochaine édition de la Lucey‘n du lundi de Pâques. Au programme : débroussaillage des circuits VTT et randonneurs.

Débroussaillage, une tâche qui revient tous les ans.

L’équipe de Santé Lucey Cyclo a affûté ses outils et prépare les circuits vététistes et randonneurs.

Les reconnaissances sont effectuées sur le tracé des futurs parcours et les difficultés évaluées. Il ne reste plus qu’à rendre accessible des chemins parfois devenus impraticables.

La nature reprend vite ses droits, ce ne sont pas les baliseurs des sentiers de la Linotte qui le démentiront. Équipés de scies et de cisailles, les membres du club s’attelleront à la tâche dès samedi 2 mars. En attendant, les vélos resteront au garage. Plusieurs interventions sont déjà programmées.

Sur les traces de StanislasDes vélos qui ne bougeront pas également dimanche 3 mars pour la marche traditionnelle de remise en forme des membres du club et des bénévoles qui sont partie intégrante de l’organigramme de la Lucey‘n. Une sortie familiale annuelle de près de 10 km dans le secteur de Commercy. Il s’agit d’une marche historique dite sur les traces de Stanislas Leszczynski, histoire de marcher tout en s’instruisant.

____________________________________________________________

L’Est Républicain, Mardi le 26 Février 2019 

Un grand bol d’air sur les pistes vosgiennes!

Soleil, ciel bleu, neige, ils apprécient! ( )

Les jeunes de l’association du TNT ont pu profiter pendant une semaine des pistes du domaine de Gérardmer. Debout à 6 heures, sur les pistes à 7 h 30 jusqu’à 12 h 30, les débutants avec Christophe en initiateur ont pu terminer leurs parcours d’apprentissage ski sur les pistes bleu et rouge, les plus aguerris avec Nolwenn et Romain. Les après-midi sont animés par un grand jeu réparti sur toute la semaine. Soleil, beau temps, neige, trois facteurs réunis pour un séjour réussi.

_____________________________________________________________

L’Est Républicain, Lundi le 25 Février 2019

Le défi des apprentis bâtisseurs

S’amuser en faisant travailler son imagination.

Imaginer, assembler, créer au gré de son inspiration, tel est le principe de base du jeu de construction. Depuis quelque temps, en période de vacances scolaires, les férus de petites briques se retrouvent à la salle Saint-Jean. Sous la houlette d’un « professionnel es Lego® », Thomas Rémy, ils construisent, soit en groupe soit individuellement. Le thème de cette séance de février était libre ; seule obligation, n’utiliser que des briques, pas de personnages, ni autres sujets habituellement employés pour parfaire les mises en scène.

_____________________________________________________________________________

 L’Est Républicain, Vendredi le 22 Février 2019 

L’école primaire se refait une beauté

La période de vacances scolaires est toujours propice pour effectuer des travaux dans les établissements scolaires en l’absence des élèves.

La température était au beau fixe pour ce travail haut perché.

Lors de ces vacances de février, une entreprise de Bruley est intervenue dans la cour de l’école primaire. Au fond de cette cour, un bâtiment abritait les WC avant que ceux-ci ne soient transférés à l’intérieur de l’école, ceci pour le confort des enfants, surtout par temps de pluie ou de basse température.

Compagnons du devoirCes travaux consistaient à la réfection complète de la toiture, charpente et couverture en tuiles, un travail de quelques jours effectué par une équipe jeune formée de Valentin, qui se destine « au compagnonnage en tant que charpentier ».

Son plus vif désir est de « faire le tour de France » afin d’acquérir expérience et maturité pour travailler cette matière noble qu’est le bois.

À notre époque où l’informatique est l’un des vecteurs d’études des jeunes, Valentin fait un peu figure d’exception en choisissant cette voie du travail manuel pour y entrer par la grande porte et rejoindre la grande famille des Compagnons.

______________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Mardi le 19 Février 2019 

Embarquement immédiat pour la neige

Prêts pour chausser skis et raquettes lors d’un séjour à la Bresse.

La perspective de passer un agréable séjour d’une semaine à la Bresse dans les Vosges ne peut que donner le sourire.

Pour ce groupe de jeunes, skis, raquettes et jeux de société sont inscrits au programme de cette semaine de détente avec copains et copines des villages du Toulois nord. La plupart se connaissent déjà, ils font partie de l’association du Territoire Nord Toulois (TNT) qui organise ponctuellement des séjours ludiques, à leur attention. Un bon apprentissage du savoir vivre en communauté, en toute convivialité.

Quatre moniteurs encadrent ce groupe de 23 jeunes, âgés de 11 à 17 ans. Brahim est animateur du TNT et directeur de cette colo, Christophe à la double casquette de chef cuisinier et chargé de l’apprentissage du ski aux débutants, Nolwen et Romain s’occupent des plus confirmés.

Le convoi a pris la direction des pistes enneigées sans oublier toute l’intendance et les ustensiles de cuisine. L’effort physique ça creuse ! Alors tous comptent sur Christophe pour combler leur appétit.

Au cours de ce séjour d’une semaine sont également programmés des jeux et une olympiade.

C’est au foyer rural de la Reine de Royaumeix qu’a été confié la tâche d’organiser cette sortie de vacances de février, le départ a été fixé à partir de la salle Michel Simonin de Lucey.

_____________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Vendredi le 15 Février 2019 

Lucey :  C’est le moment de la taille

En plein travail ( . )

Les membres de l’association de la Maison lorraine de polyculture, sécateurs en main, ont commencé le travail de la vigne par la taille des sarments. Un travail obligatoire en vue de la prochaine vendange pédagogique programmée au mois de septembre. À part Maurice Lelièvre qui est né au pied des vignes, ils étaient tous néophytes en matière viticole, mais à son contact ils ont appris les phases d’entretien des ceps s’échelonnant toute l’année pour arriver à un raisin à parfaite maturité que les jeunes écoliers auront le plaisir de cueillir. Un nouvel apprenti, jeune retraité, Michel D’hiver, vient d’adhérer à l’association.

____________________________________________________________________________

L’Est Républicain, Lundi le 11 Février 2019 

Lucey : Abri ou barrière

Surprise pour les baliseurs des sentiers.

Une question s’est posée à l’équipe de baliseurs des sentiers de la Linotte.

Lors de leur progression sur le GR 703 dit de Jeanne d’Arc à hauteur de Choloy-Ménillot, que faisait là, en pleine nature, en bordure du chemin, ce tronçon de tuyau d’un fort diamètre ? Abri pour randonneurs, ou plus simplement barrière interdisant l’accès à un chemin de bois appartenant à l’usine PAM de Foug. On pencherait pour la seconde proposition. Pas facile à déplacer !

_____________________________________________________________________

L’Est Républicain, Samedi le 09 Février 2019 

Lucey     De la taille… au verre !

La taille, première tâche de l’année.

Pour tout néophyte en matière viticole, poser une bouteille de vin sur la table familiale, remplir un verre, le déguster, sont gestes simples, ils sont pourtant le reflet du travail accompli par nos viticulteurs qui, tout au long d’une année, veillent au bon entretien de leurs vignes et du suivi en caves, avant la mise en bouteille.

La vendange 2018 rentrée, pressée, mise en cuves, l’on pense déjà à la suivante. On fourbit ses outils qu’il neige, qu’il gèle, qu’il pleuve, qu’il vente et on reprend la direction des vignes. Sécateurs en main, à assistance pneumatique pour certains, on débute le travail de l’année nouvelle par la taille.

Affaire de professionnels qui en connaissent la façon de procéder comme ici dans les vignes l’Évêque à Lucey, Rémy du domaine de l’Ambroisie et son fils. « Il fut une époque où le promeneur pouvait voir des fumées monter depuis les vignes, on brûlait les sarments coupés, les familles avaient pour cela ce que l’on appelait en ce temps, la brouette à feu, à présent on les broie sur place », explique-t-il.

Pour revenir sur l’année 2018, année anniversaire du label AOC, année également exceptionnelle en quantité, prometteuse en qualité, nous pourrons bientôt juger si elle peut-être qualifiée d’un millésime, sa mise en bouteille ne saurait tarder.

 

 

Michel D'HIVER